Foot national : Un mémo d’aide pour les clubs pros!

En manque de repères à tout point de vue, le football guinéen a besoin d’une  refonte totale, dans toutes ses dimensions! Les principaux acteurs de notre foot national dont des cadres du département de tutelle et certains des présidents de clubs les plus influents étaient en conclave le mercredi 22 juillet dernier au siège dudit ministère, par rapport aux nouvelles orientations des prochaines  activités footballistiques du pays.

Au Cours de ce conclave d’une importance capitale, un mémo d’aide au développement des activités sportives des clubs professionnels pondu par un président de club, en l’occurrence du prési des « Jaune et Vert » de Kaloum, Bouba Sampil, a été présenté à l’assistance. Sous le contrôle du ministre des Scores, de la Culture et du Patrimoine Historisque, Bantama Show. Dans ce mémo de trois pages très riche, de l’importance  du football professionnel chez nous en passant par ses différents financements, son parrainage, l’obtention de la subvention jusqu’aux problèmes d’infrastructures sportives, tout a été expliqué de façon professionnelle. Même que d’autres sujets intéressants pour l’avenir de notre foot, ont été également discutés.

Selon le concepteur du projet, le football appartient à l’industrie du spectacle, mais il va bien  au-delà de la seule dimension économique, il est reconnu comme un service public du fait de son rôle majeur dans la société guinéenne: éducatif, sanitaire,  social, identitaire. Et d’ajouter qu’il a un impact considérable du fait de sa popularité comme pratique et comme spectacle. Il est, affirme t-il, la troisième structure d’éducation en Guinée après la famille et l’école, il enthousiasme parce qu’il se construit et se nourrit, au-delà de son enveloppe commerciale, sur des valeurs assumées et respectées: d’ordre et de sanction, de travail et de sacrifice,  de compétition et de sélection, d’unité patriotique et de solidarités familiales, d’échecs et de rebond. Et de percer l’abcès en révélant que les clubs de football guinéens se reposent aujourd’hui sur l’implication financière des mécènes qui se sont substitués à l’État dans le financement des compétitions nationales voire internationales sans oublier des sommes importantes investies dans les infrastructures sportives  (AS Kaloum, Horoya AC et Hafia FC. Alors que, continue t-il, la construction des infrastructures sportives relève des prérogatives de l’État. Il est question de proposer des solutions pour soutenir le développement du football guinéen déjà amorcé par les mécènes qui peuvent donner aux clubs professionnels la capacité de mobiliser davantage de ressources privées et publiques d’où l’importance d’encourager le parrainage ou le sponsoring.

Pour Sieur Sampil, l’incitation fiscale s’avère justifiée et efficace pour soutenir le développement du football. Le sponsoring, définie t-il, est un moyen pour chaque partie concernée d’être gagnante. La fiscalité liée au parrainage doit être avantageuse et permettre de diminuer les impôts sur le revenu. Pour encourager les entreprises au sponsoring du football en Guinée, invite t-il, l’État doit accorder une déduction d’impôt qui sera effectuée lors de la déclaration d’un sponsor. Et d’expliquer que les dépenses de parrainage doivent être déductibles des résultats imposables de l’entreprise dès lors qu’elles sont exposées dans l’intérêt direct  de l’exploitation. Les charges déductibles, ajoute t-il, seront les dépenses engagées dans le cadre de manifestations de caractère sportif et culturel ou concourant à la mise en valeur du patrimoine artistique, à la diffusion de la culture, lorsqu’elles sont exposées dans l’intérêt direct de l’exploitation.

Plus loin, il soulignera que la notion de subvention implique une idée d’aide financière attribuée de façon unilatérale et sans contrepartie.  L’idée est de réaliser une action ou un projet en justifiant ses considérations d’intérêt général. Selon le boss de Kaloum, l’État et les fédérations   sportives délégataires ont une mission de service public dans ce contexte, il est important que la Féguifoot reçoive de l’État un concours financier pour le football professionnel dans les conditions fixées par une convention d’objectif.

Poursuivant, il a dit que la direction nationale des sports doit organiser des rencontres avec la Féguifoot et la Ligue guinéenne de football professionnel pour discuter de l’attribution d’une subvention sur la base d’un dossier de convention d’objectifs. Ce dossier, dit-il, doit ressortir les objectifs les plus  prioritaires et les actions ou projets envisagés pour les atteindre. Dans un des passages, l’initiateur du projet n’a pas manqué de rappeler que le football est le sport le plus populaire au monde et en tant que tel, il est de ce fait un vecteur qui joue un rôle social et politique. Il a invité l’État, avec toutes les valeurs positives du football, à  s’impliquer impérativement dans les financements de la rénovation des installations sportives existantes et la construction de nouvelles installations dans le cadre du soutien au développement du football. Et d’inciter l’État à créer et alimenter le fonds de développement des infrastructures sportives par les produits qui ont un impact direct sur la jeunesse: Les loteries, courses hypniques, tabac et alcool. Un apport à saluer! En tout cas, dans cette période très critique de notre football qui va à reculons, où les institutions footballistiques nationales à savoir l’État, la Féguifoot et la Lgfp auraient de la peine  en difficultés à trouver des sponsors en vue d’un bon management afin de faire jouer le championnat national, on ne pouvait avoir un meilleur document actuellement que celui-là, pour non seulement pour notre sport, mais aussi et surtout pour notre football. Et si les autres mécènes en faisaient de même que Bouba Sampil, car l’argent seul ne suffit pas pour la meilleure organisation de notre foot. Espérons que ce document qui devrait être exploité le plus rapidement que possible, servirait également de levier pour booster le foot national et se rattraper les autres de la sous-région et du continent .

(Journal Lynx du lundi 27 juillet 2020)