« J’ai fait face au racisme en grandissant, des gens qui faisaient des cris de singe ou qui jetaient des bananes »

Si la mort de George Floyd a choqué le monde entier, elle aura au moins eu le mérite de libérer la parole sur les questions raciales aux États-Unis, mais aussi ailleurs. Beaucoup de joueurs ont fait entendre leur voix ces deux dernières semaines pour tenter de faire bouger les choses.

Hier, c’est Nicolas Batum qui s’est exprimé dans le Charlotte Observer et qui a confié qu’il avait lui-même était victime de racisme durant sa jeunesse.

“J’ai fait face au racisme en grandissant, quand j’étais un jeune basketteur. Les gens qui faisaient des cris de singes ou qui nous jetaient des bananes. J’ai fait face à ça en Europe. J’ai un enfant de 4 ans, qui va à l’école. Il est métis. Il n’est pas vraiment blanc, il a la peau noire aussi. Je ne veux pas qu’il souffre de tout ça. Je veux juste être sûr de faire partie de la solution, pour mon fils plus tard, pour qu’il n’ait pas à y faire face. Ou si c’est le cas, qu’il puisse le combattre de la bonne manière.” Nicolas Batum

Pour le français, les personnalités publiques n’ont pas d’autres choix que de s’engager.

“Nous devons faire quelque chose. Si vous avez les plateformes, si vous êtes une ‘voix’ et que vous pouvez toucher des gens de la bonne manière, vous devez le faire. Ce ne se passe pas qu’aux États-Unis, si vous regardez les infos, c’était la même chose à Paris, à Tokyo, à Londres, à Berlin, en Afrique, c’est partout.” Nicolas Batum

Et le 2 juin dernier, il a décidé de participer à une manifestation à Charlotte avec sa femme et son fils de 4 ans.

“Je veux juste m’assurer de pouvoir faire partie de la solution. Pour mon fils, qu’il n’ait pas à vivre ça. Ou s’il y est confronté qu’il ait la bonne approche pour le combattre.” Nicolas Batum

Source link