Féguifoot : Agitations Inutiles Avant L’Ag Élective Du 30 Avril Prochain

Guinéenne de Football se prépare pour le renouvèlement de son comité exécutif après les quatre années passées de l’actuelle équipe. Mais avant la date du 30 avril, retenue pour l’Assemblée Générale élective, l’on assiste à une vague d’agitations vraiment inutiles de part et d’autre…. Même ceux qui n’y comprennent rien.

Dans la logique de toute élection, ça se bouscule déjà dans les états-majors des candidats déjà déclarés et ceux à venir pour la Fédération Guinéenne de Football. Des publications tous azimuts, passant par des communications mal maitrisées, tout est mis en œuvre pour se faire voir même parfois à la limite de la diffamation. C’est le triste spectacle qui est actuellement livré au monde sportif guinéen en général et particulièrement celui du football. Ceci est souvent l’œuvre d’un individu ou d’un groupe de personnes qui, au mépris des règles qui régissent le processus électoral, versent dans une démagogie qui ne dit pas son nom. Ce qui est plus ridicule dans cette agitation, c’est quand elle est initiée par des éveilleurs de conscience, ceux-là même qui doivent aider le public sportif à mieux comprendre les contours des axes des programmes des différents candidats plutôt que de diffuser des informations mensongères qui sont de nature à tout mélanger dans les esprits. Des candidats qui ne sont d’ailleurs pas demandeurs de tout ce à quoi on assiste. Tout est monté pour plaire à l’un et l’autre, chercher à se positionner contre vents et marrées, jeter du discrédit sur les collaborateurs et bienfaiteurs d’antan dans une aigreur indescriptible. Le rappel à l’ordre et les menaces de poursuites judiciaires de l’équipe de campagne de l’un des candidats déclarés en dit long sur les dérives observées de part et d’autre dans cette élection à venir. Mais reste à savoir si une élection se gagne sur des résultats ou sur des paroles ?

Bilan contre paroles électoralistes

L’élection à la Fédération Guinéenne de Football devient depuis quelques jours un jeu très animé avec les différentes candidatures. Un jeu qui se jouera entre la défense du bilan enregistré par l’actuelle équipe et bien évidemment les paroles électoralistes des candidats qui souhaitent prendre le contrôle de l’instance dirigeante. Et c’est justement à ce niveau que le débat doit être élevé.

Sur le bilan de l’équipe sortante il convient de souligner quelques points. En premier lieu, avoir l’honnêteté de dire que beaucoup de choses ont changé dans le football guinéen. Ces changements n’ont été possibles que par la conjugaison des efforts de toutes les personnes impliquées depuis l’élection du Président Mamadou Antonio Souaré en Février 2017. Par incompétence, par incompatibilité d’humeur ou par désir de changer de cap, certaines personnes ont dû quitter de gré ou de force cette équipe de départ et tout naturellement d’autres l’ont rejoint. Un mandat étant donné au comité exécutif, il devrait aller à son terme avec à la clé la présentation d’un bilan. Ce bilan qui sera jugé par chaque acteur de par sa position dans la sphère sportive guinéenne. Un autre point à souligner au niveau de l’équipe sortante, les imperfections. Aucune œuvre humaine n’étant parfaite, l’équipe de Mamadou Antonio Souaré a connu des difficultés dans sa gestion. Point n’est besoin de revenir sur cela et de ces erreurs, l’équipe a beaucoup appris ; c’est cela qui lui permettra de mieux aborder un nouveau mandat s’il est accordé par qui de droit. Dans ce cas précis, certains acteurs qui critiquent la gestion actuelle ne doivent pas oublier qu’ils y ont participé d’une manière ou d’une autre. Et comme toute élection, les premiers adversaires se trouvent toujours être les associés d’hier qui, par rébellion ou incompatibilité se retrouvent dans une opposition déguisée et qui veulent par tous les moyens prendre le pouvoir. Un peu comme dans une compétition sportive, le meilleur joueur est toujours celui qui se trouve dans le public et qui peint tout en noir sur celui qui est sur le front de jeu. Une fois l’opportunité donnée de jouer, la réalité devient autre…

La décision aux membres statutaires

Les membres statutaires de la Fédération Guinéenne de Football sont aujourd’hui sous les feux de la rampe. A eux la lourde décision de confier les 4 prochaines années à l’équipe qui lui semble être la plus apte. Et c’est justement à ce niveau qu’intervient à nouveau le jeu de toute période électorale à savoir la défense de bilan de l’équipe sortante et les belles paroles de ceux qui veulent prendre le pouvoir. Voilà qui vient balayer aujourd’hui toutes les agitations auxquelles l’on assiste de part et d’autre. C’est en effet aux membres statutaires de trancher et décider sur l’équipe qui les dirigera. Le débat doit être élevé et c’est la confrontation des programmes des candidats qui sera la clé de réussite de ce processus électoral dont l’épilogue aura lieu le 30 avril. Le bureau sortant dirigé par Mamadou Antonio Souaré défendra son bilan qui est bien connu. Un bilan qui connaitra un toilettage avec les imperfections notées et qui sera soumis au vote des membres statutaires. De l’autre côté, les candidats qui veulent prendre le pouvoir auront la plus lourde tâche en premier lieu de rendre compte de leur part de responsabilité dans la gestion actuelle qu’ils dénoncent pour y avoir participé, de présenter et convaincre sur un nouveau programme avant de solliciter l’adhésion des membres statutaires. Ces derniers trancheront entre les différentes propositions tout en ayant en esprit que les paroles électoralistes n’engagent que ceux qui y croient.

Christian ALLIKI