Morlaye Sylla ancien capitaine du Syli “Je demande à la famille du football de laisser les querelles, mettons nous au travail pour le développement de notre football”

Le statut que CONOR vient de nous soumettre est la même copie que le statut qui nous a causé des problèmes aux élections passées. Ce statut existe depuis le temps du feu président Aboubacar Bruno Bangoura. Taillé sur mesure pour éliminer certaines personnes, qu’ils veulent éliminer. L’interprétation du statut a causé des problèmes à la commission électorale. Il faut que le CONOR tienne compte de cela pour leur faciliter leur travail. Je prend l’exemple de mon cas , j’ai mes affaires en Guinée, habitation, entreprise ( kania entreprise) , bientôt la deuxième, académie de football, membre du bureau exécutif des anciens internationaux et ancien capitaine de l’équipe nationale. Ma candidature a été recalé faute de non résidence permanente en Guinée. Quant on nous sollicitait pour venir défendre les couleurs du pays, on ne tenait pas compte de non résidence permanente.

Aujourd’hui on nous barre la route pour la gestion du football, c’est vraiment injuste ( non appréciable). Les membres statutaires et le CONOR n’ont qu’à revoir cet article 36 alleana 1 et même l’article 36 alleana 5 la peine est vraiment trop. Même l’instance du football la FIFA et la CAF, les membres ne sont pas surplace. Mais ils se retrouvent ( répondre) toujours à l’appel pour discuter l’intérêt du football. La fédération d’un pays est un des démembrements de la FIFA et de la CAF. En plus quand on se reffert au statut standard de la FIFA, il n’est pas du tous mentionné la résidence des candidats où d’un membre d’une fédération s’est son apport et ses compétences qui l’es interresse. Qu’ils ont surtout besoin des anciens footballeurs. Ce problème ne se pose pas dans aucun pays sauf mon pays la Guinée. Les élections ce sont déroulé au Cameroun, Sénégal et en Côte d’Ivoire, Drogba et Etoo n’ont pas été recalé dans leurs pays. C’est en Guinée qu’ont recale un ancien footballeur de l’équipe nationale, qui a son habitation, ses affaires, qui a défendu les couleurs du pays et il est régulièrement au pays. C’est une ho nte pou le pays, sa terni l’image de notre football. Nous demandons humblement au CONOR et aux membres statutaires de revoir l’article 36 alleana 1 et rétablir les anciennes gloires dans leurs droits. Et aussi revoir l’article 36 alleana 5 la peine est trop. On a installé le CONOR pour un toilettage, créer un climat de sérénité au sein du football et non pas créer l’adversité. Cette fois ci nous allons faire valoir nos droits ( les anciennes gloires).

Si la présidente du CONOR veut rentré dans l’histoire, elle n’a qu’à se mettre au travail en suivant les instructions de la FIFA . Le CONOR sont là pour unir la famille du football et non pas les divisés.

Morlaye SYLLA ” Mazo” ancien capitaine du Syli National